Extension bois, dans le Cher

Création d’une extension bois dans le Cher, contre une longère de caractère.

Une belle longère bien refaite, avec un vieux garage en prolongement ; les clients souhaitaient le remplacer par une extension avec étage, comprenant un salon familial en RdC (avec projection cinéma et bibliothèque), et une mezzanine pour installer deux bureaux dédiés aux travaux associatifs des clients.

Respecter le caractère existant, contraster pour mettre en valeur :

VIERZON-2

Une belle longère, et un vieux garage dans son prolongement ne permettant pas d’aménagement fonctionnel :

VIERZON-1


Problématique : en supprimant ce vieux garage, comment créer une extension permettant d’apporter les fonctions manquantes à la maison : salon privatif, home cinéma, bibliothèque et coin lecture, coin bureau M et Mme avec rangements, le tout axé sur le jardin ?


VIERZON-3 VIERZON-4

La solution est une extension cubique, en bois (structure + isolation) pourvue d’une mezzanine arrondie. Celle-ci structure l’espace en deux zones au RdC (réception, cinéma puis lecture), crée un bureau double à l’étage, et loge de l’éclairage ainsi que la chaine hi-fi vidéo, fonctionnant en bluetooth et wifi. Les vitrages sont définis par rapport à l’utilisation faite du jardin, à l’orientation du soleil, et aux panoramas.


Quelques images de synthèse :

VIERZON-13

VIERZON-14 VIERZON-16 VIERZON-15

Des attentes claires :

Les attentes étaient clairement exprimées : créer un salon famille et amis, un peu intimiste (le grand salon de la maison étant si vaste, qu’il a plus une vocation de réception). On imagine un grand canapé que j’ai imaginé avec méridienne, car cette solution permet à la fois de s’allonger pour profiter d’un bon projeté sur l’écran, et de s’assoir en carré avec quelques poufs pour compléter, lors d’une soirée entre amis ou en famille. Le coin bibliothèque derrière est important, mes clients étant de grands lecteurs : les modules Kallax Ikea étaient parfaits pour l’usage et dans le style, alors à prix réduit nous ne sommes pas gênés.

En même temps, mes clients ont une forte activité associative : Monsieur et Madame avaient besoin d’un bureau chacun, séparé du coin salon, au calme. Il y avait matière à créer une zone bureaux dans un espace différencié mais pas coupé du reste de la maison, pensé pour être « la tête ailleurs ».

Les solutions architecturales :

De plain-pied le salon trône fièrement devant une baie vitrée, derrière laquelle se déroule une belle terrasse bois. Les petits-enfants peuvent jouer sous les yeux et la surveillance de mes clients, l’espace favorise le lien familial. Cette terrasse est abritée par des arbres, derrière eux se trouve une petite route puis une voie ferrée. Le terrain remonte en colline et l’arrière-plan est arboré.

Le salon est donc invisible de l’espace public. Face au canapé, la baie vitrée est coiffée d’un habillage de linteau en MDF (medium) dans lequel j’ai caché l’écran déroulable de projection, et la barre de son (le faux linteau est revêtu d’une toile acoustique, comparable à celles qui recouvre la face avant des enceintes de qualité). Pile en face de l’écran, en hauteur dans la tranche de la mezzanine, j’ai intégré le vidéo-projecteur. Et comme je réfléchis chaque détail, le système cinéma est intégré à l’un des bureaux. Le tout est piloté par une application smartphone : confort absolu, on s’assoit dans le canapé, depuis le téléphone la lumière s’éteint, l’écran descend et la séance cinéma commence.

La mezzanine est cintrée pour dessiner l’espace au rez-de-chaussée : la courbe rend évidente la fonction. De plus, elle libère de l’espace en haut pour loger les bureaux. Ceux-ci sont des meubles existants, qu’il fallait conserver ; chacun s’appuie contre un élément en placoplâtre en forme de quart d’ellipse, avec un rangement latéral, et un plateau plus haut de 20cm que les bureaux. Ainsi, les objets des bureaux ne risquent pas de tomber au rez-de-chaussée, petit détail primordial ! Autre détail, le plateau de mes quarts d’ellipses est légèrement décaissé, pour la même raison : éviter toute chute d’objet.

Le grand point a été le placement des vitrages de l’étage : face aux bureaux, il m’a semblé nécessaire de cacher la rue et la voie ferrée, pour garder cet esprit « la tête ailleurs ». Un sérieux travail de coupes m’a permis de positionner la hauteur de regard de mes clients assis à leur bureau, et de calepiner le vitrage de manière à laisser voir uniquement la cime des arbres d’arrière-plan. Et ça marche ! Jamais on ne voit ni la rue, ni la voie ferrée. L’isolation optimale (structure bois, bardage bois, isolation extérieure laine de bois, isolation complémentaire interne en laine minérale) supprime tout bruit de fond. On y est dans un cocon, chaud, feutré.

Le tout met en valeur la maison, qui prend une ampleur considérable depuis l’espace public. Cette extension interpelle les passants et le voisinage, qui somme toute semblent ravis de la mise en valeur du quartier par cet élément différenciant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s